samedi 14 décembre 2013- 12:30

"La Marche" désertée par les spectateurs malgré un budget de 10 millions d'euros


Uploaded with ImageShack.us

Source 

Budget (non indiqué dans le tableau) : La Marche est le premier long métrage produit par Hugo Sélignac. Le budget du film s'élève à 10 600 000 €, dont une coproduction de France 3 Cinémaet de Entre Chien et Loup, un préachat de Canal+ et 297 000 euros de subventions de la région Ile-de-France1. Le tournage s'est déroulé du 11 février au 26 avril 2013.


44 commentaires:

  1. C'est ballot pour un film qui suinte l’Égalité et la Réconciliation !

    RépondreSupprimer
  2. Une bonne bouse quoi, si j'osais je dirais 2 bonnes bouses

    Mais je ne veux pas stigmatiser!!!

    RépondreSupprimer
  3. Sans rapport direct, désolé, mais au point où en est le blog... une bonne nouvelle en perspective, même si on le sentait venir :

    Municipales à Brignoles : le FN donné gagnant au premier tour

    http://www.leparisien.fr/reactions/municipales-2014/en-regions/municipales-a-brignoles-le-fn-donne-gagnant-au-premier-tour-14-12-2013-3408549.php

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui prouve que les sondages sont bidon puisque le candidat FN ferait moins (37%) que ce qu'il a fait 5 mois plus tôt.
      FN 40%, ancien FN 9.5% !

      Supprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

  5. Philippe le Retour

    Ce qui serait intéressant ça serait de déduire le nombre de scolaires qui y sont allés contre leur gré. (Cas observé personnellement).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les enfants de quel niveau scolaire sont allés se faire formater le cerveau??

      Supprimer
  6. La propagande multicultu ne fonctionne plus ? XDR

    FF2

    RépondreSupprimer
  7. "un budget de 10 millions d'euros"

    non, non, une subvention de 10 millions d'euros payés par les sympathiques contribuables français via France 3 et Paris.

    J'ai tout de suite pensé à "carrément Brunet", rubrique "merci les français".

    RépondreSupprimer
  8. Un des signes sûrs, parmi maints autres ces temps-ci, que la propagande "antiraciste" unilatérale ne fonctionne plus, ou plus longtemps sur les esprits, à l'épreuve de la réalité.
    Cela n'empêche qu'il a joué son rôle, et à présent c'est la grosse caisse "c'est un fait accompli, ils sont là, on ne peut plus revenir en arrière" qu'on fait donner de plus en plus fort pour faire oublier les couacs de l'antiracisme institutionnalisé.
    Cet instrument finira comme l'autre, mais il sera plus difficile à neutraliser.
    L'auteur de la partition, le chef d'orchestre et le premier violon méritent la corde.

    RépondreSupprimer
  9. H S

    Benbassa (EELV) : « Assouplir la loi sur le voile »

    http://www.lefigaro.fr/politique/2013/12/13/01002-20131213ARTFIG00500-benbassa-eelv-assouplir-la-loi-sur-le-voile.php

    RépondreSupprimer
  10. Impressionnant, 161 000 entrées en plusieurs semaines. Le film culminera à 250 000.

    Pour rentabiliser le film, je propose de fixer le prix des entrées à 100€. Après tout, c'est un honneur d'être retenu.

    RépondreSupprimer
  11. Le cinéma est un merveilleux outil de propagande, mais ça fonctionne pas à tous les coups ! :-D

    RépondreSupprimer
  12. Quelle surprise !
    Pourtant, combien de milllllions de victimes de ces racistes de Français étaient attendus à l'entrée des cinéma ?

    RépondreSupprimer
  13. J'allais suggérer qu'ils allaient obliger les gosses des écoles à y aller pour créer l'illusion, mais d'après un commentaire précédent de Philippe le Retour, ils ont anticipé le bide et déjà commencé... Il va bien falloir qu'un cinéaste ose faire une film patriote sur la propagande médiatique. Bien sûr, ils lâcheront les clébards antifas sur les salles de ciné (qui n'auront pas cédé aux menaces) mais si le film est diffusé en vidéo et fait un tabac, certains ne résisteront à pas à l'idée de se faire du blé sur le besoin de vérité.... Comme disait Lénine "les capitalistes nous vendront la corde pour les pendre"...

    RépondreSupprimer
  14. Je propose l'organisation de navettes à partir des différentes cités ayant pour destination les grands multiplexes de la métropole, qui permettront aux personnes issues de quartiers défavorisés de se faire une opinion sur leur pays d'accueil via ce film totalement objectif.
    Le tout étant gratuit, bien entendu, la culture devant être accessible à tous.

    RépondreSupprimer
  15. "Ils' ne font pas un film pour le nombre de spectateurs, ils font un film pour se partager le gâteau fourni pour l'état, c-à-d nous.

    RépondreSupprimer
  16. Oh ! ça eu marché, mais ça n'marche plus!

    RépondreSupprimer
  17. Magnifique ! Les gens commencent à comprendre que le gouvernement fait de la propagande pour l'idéologie mondialiste !

    RépondreSupprimer
  18. moi ce qui me laisse perplexe ce sont les chiffres.

    10 600 000 euros / 74 jours de tournage = 143 243 euros la journée de tournage !!!!!

    RépondreSupprimer
  19. je ne donnerai pas un centime d'€uro pour aller voir ce navet....

    RépondreSupprimer
  20. J'aime bien le nom de la boite de prod° "Entre chien et loup"

    Bah qu'ils y restent à se manger entre eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, la boite aurait pû s'appeler "Entre rats et singes"...

      Supprimer
  21. Hélas, comme tout les produits de la propagandastaffel, ce film se moque des entrées qu'il fera, des trous qu'il creusera etc. De l'état, aux banques, aux milieu mafieux de la production cinématographique, le système prend tout en charge.

    Le vrai destin de cette m*rde, c'est d'empoisonner le débat public et les consciences, répandre le mensonge sur la longue durée, puisqu'il passera, passera et repassera encore sur toutes les chaines pendant des années, et puis dans les écoles, les lycées, les centres aérés, les médiathèques...

    RépondreSupprimer
  22. Comme si les français, après s’être fait traiter de sale raciste pendant deux mois par les merdias et le gouvernement, allaient en plus dépenser 10 euros pour aller voir une merde communautariste question de s'en reprendre encore plein la gueule pendant une heure et demi.
    Je crois qu'il y a en France des gens qui ne se rendent même plus compte qu'ils sont allés beaucoup trop loin dans les propos qui ont tenu sur une population qui à toujours accueilli sur son sol des immigrés, au bon vouloir des "élites" sans se rebiffer. Ça va peut être plus durer encore très longtemps.

    RépondreSupprimer
  23. Preuve que les FDS ne sont pas trop couillons non plus. La propagande a ses limites. Reste à maintenir la pression contre toutes ces formes de manipulation mentale. Le slogan "Je baiserai la France, jusqu'à ce qu'elle m'aime" doit vite finir dans les poubelles des traites UMPS.
    Sauf erreur "Les indigènes" avec la crevure 2bouses n'avait pas, malgré une propagande éhontée, atteint des sommets.
    Boycottons toute cette sous-culture Anal+, Rance2,3,4,5, Le Monde, Libération, Le Nouvel Obs, etc...Jusqu'à preuve du contraire, c'est encore nous, les imposables à souhait qui consommons. Nous avons encore le pouvoir d'agir économiquement sur le mode de vie que l'on veut nous imposer. Ne nous en privons pas.

    RépondreSupprimer
  24. Dans le même genre, le Chemin de l'école n'est pas mal non plus. L'école de mon fils a embarqué toutes les classes du CP au Cm2 vers la salle de cinéma. Les instits avaient déjà dit aux élèves que c'étaient formidable! Devant le peu de succès de leur proposition, les instits ont décidé de les y emmener eux même. Mon fils est resté à la maison ce jour là! Résistance!

    RépondreSupprimer
  25. en tout cas on ne voit plus nulle part le deux bouses , alors qu'avant la projection du film on voyait de partout sa sale gueule de rat..sur toutes les télés, dans tous les journaux, dans toutes les émissions...

    Aurait il honte ???

    Mais non Madame, ces merdes n'ont aucune honte !!!avez vous vu des cancrelats éprouver de la honte vous ?

    RépondreSupprimer
  26. Le peuple n'arrive plus à boucler les fins de mois, mais la gauche n'a pas oublié son électorat people dans l'élaboration du champ d'intervention de sa propagande subventionnée:

    Budget 2014 adopté: le taux réduit de TVA pour les entrées de cinéma...
    et pour la cession de droits de films cinématographiques destinés à une présentation lors de séances à caractère non commercial.( cinémathèques etc...)

    RépondreSupprimer
  27. Ce film, d'après les abaques en vigueur dans le métier, doit attirer 1.5 million de spectateurs PAYANTS pour être rentable.
    Bref, c'est un four monumental, au mieux il y aura 200 000 seront allés voir cette daube.
    La bonne nouvelle c'est que la Bouse n'est plus "Bankable". C'est à dire que son nom n'assure plus à lui seul une garantie d'entrées. Les derniers films avec Boubouses ont tous été déficitaires, même le Marsupilami. Si le trépané du bras (et du prépuce) veut continuer faire du cinéma, dans le milieu on dit qu'il va falloir qu'il mette la main à la poche, bref qu'il co-produise les films ou il jouera. "OK Djamel, il nous manque 2 millions pour faire le film. Si tu veux avoir le rôle tu mets le fric, et tu touches ensuite un pourcentage des recettes (éventuelles)."
    Encore un bide ou deux pour la Bouse, et on le retrouvera le samedi après-midi chez Auchan à animer un stand Cochaunou.

    RépondreSupprimer
  28. @"Syntax Error"
    LOL !
    parfaitement résumé.

    RépondreSupprimer
  29. Une suggestion : entrée payante (pour le cinéma), on donnera l'équivalent du prix de la place au spectateur, et en plus, on lui offrira coca, frites, pop-corn à volonté (et un oreiller pour dormir). Avec ça, ils pourront améliorer (un peu) le chiffre des entrées.

    RépondreSupprimer
  30. ah ben oui ,, la propaganda n'a pas " marché "
    c'est quand le prochain gros bide à 10 , 15 , 20 millions d'Euors commandé par le gouvernement ,, alors que beaucoup de FDS crèvent de froid et de faim dans les rues
    ça va s'payer tout ça tôt ou tard !

    RépondreSupprimer
  31. 10600000 euros/160000 = 65 euros de cout par spectateur...
    prix de la place 10 euros. perte = 65 -10 = 55 euros

    ils l'ont dans le c;ul pour 55 euros /spectateur c'est du délire !!!!

    RépondreSupprimer
  32. Un film de niais pour les niais. Conclusion? Des résultats digne de niais.

    Autant de frics aujourd'hui pour faire une tel connerie de film. Ils nous refont la MARCHE des BEURÉS mais en audio-visuel. BANDE DE CONS ! Et GarGiamel dans le rôle du gentil BEURÉ. Ca paye bien de se faire ent*bé ? Faut croire !

    Au nom de tous les Nôtres

    Sieg Heil !

    Alex Harris - CLEDM

    RépondreSupprimer
  33. Un flop , un peu comme "jusqu'ici tout va bien!" en fait.

    RépondreSupprimer
  34. comme quoi, marcher dans une bouze de vache, ça porte pas tjs bonheur.

    RépondreSupprimer
  35. À quand un film sur le massacre des Harkis ?

    RépondreSupprimer


  36. HARKIS LES CAMPS DE LA HONTE

    lien vers http://www.dailymotion.com/video/xl0lyn_hocine-le-combat-d-une-vie_news

    En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des arbres, dans le département du Gard. Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village. A l'époque, depuis 13 ans, ce camp de Saint Maurice l'Ardoise, ceinturé de barbelés et de miradors, accueillait 1200 harkis et leurs familles. Une discipline militaire, des conditions hygiéniques minimales, violence et répression, 40 malades mentaux qui errent désoeuvrés et l' isolement total de la société française. Sur les quatre membres du commando anonyme des cagoulés, un seul aujourd'hui se décide à parler.

    35 ans après Hocine raconte comment il a risqué sa vie pour faire raser le camp de la honte. Nous sommes retournés avec lui sur les lieux, ce 14 juillet 2011. Anne Gromaire, Jean-Claude Honnorat.

    Sur radio-alpes.net - Audio -France-Algérie : Le combat de ma vie (2012-03-26 17:55:13) - Ecoutez: Hocine Louanchi joint au téléphone...émotions et voile de censure levé ! Les Accords d'Evian n'effacent pas le passé, mais l'avenir pourra apaiser les blessures. (H.Louanchi)

    Interview du 26 mars 2012 sur radio-alpes.net

    RépondreSupprimer
  37. Et j'en suis fort aise que nos compatriotes ouvrent leurs yeux

    RépondreSupprimer
  38. "Dans le climat actuel, c'est un film qui fait du bien !" Laurent Ruquier .
    La bobocratie de plus en plus déconnectée de la vie réélle . C'est bon signe pour la suite ; ils ne verront pas venir la révolte du peuple .

    RépondreSupprimer
  39. Ce « film », ou devrais-je dire produit de propagande commandé par nos « élites » de gauche bien pensantes est un outrage à l’Etat Français. Il trahit ses valeurs, en niant le principe d’universalisme au profit de considérations communautaires. Une fois de plus, nous sommes dans ce type de pseudo pamphlet héroïque, à l’image d’ « indigènes » et « hors-la-loi » (l’absence de majuscules est volontaire). Par une pure coïncidence, jamel debbouze (bis) sévit dans ces trois navets. On le regrette presque en massacreur de classiques de la bande dessinée française ou belge. Alors que reste-il à sauver ? Des « acteurs » qui ont du mal à se convaincre eux-mêmes tel leur jeu est piètre, une bande son d’une pauvreté affligeante, des dialogues jalonnées de clichés et de blagues niveau carambar. Si ce produit n’a rien pour lui, c’est surtout le message nauséabond qu’il véhicule qui interroge ici. Au-delà de quelques bobos de gauche adeptes de l’autoflagellation (« décidément les méchants français ne cesseront jamais de s’acharner sur nos pauvres frères de la rive sud de la méditerranée »), c’est bien l’impact de cette diatribe contre la France, son histoire et ses valeurs qui indigne. Comme si « les espoirs pour la France » qui gangrènent les cités ne haïssait pas assez ce pays qui leur a tout donné, comme s’il fallait trouver un alibi de plus à tous ces immigrés qui vomissent notre patrie. Une tentative de plus, à peine masquée, de faire rentrer de manière insidieuse dans l’inconscient collectif que ces gens sont dans leur bon droit, que la société ne leur laisse pas le choix. Et cela fonctionne : il apparait aujourd’hui impossible de réaliser un film sur le racisme anti-blanc ou anti-français qui sont pourtant des réalités reconnues. En France, « plusieurs chanteurs » de rap (comme le groupe Sniper) ont été accusés d’incitation à la haine et de racisme envers les personnes ayant une couleur de peau blanche. Ils ont notamment fait l’objet de poursuites judiciaires de la part de députés UMP, à l’initiative de l’un d’entre eux, François Grosdidier. Sa plainte n’a pas été reçue, au motif que « le tribunal a jugé irrecevable son action en justice, estimant que les poursuites en sa qualité de député n’étaient pas fondées et qu’il n’avait pas d’intérêt personnel à le faire, n'étant plus le père d'enfants mineurs ». Mais ne nous y trompons pas, le problème ici n’est pas le racisme mais bien le refus des personnes issues des dernières vagues d’immigration à s’intégrer et à exprimer de la reconnaissance au pays d’accueil. Qui se rappelle de la tragédie d’Aigues-Mortes, le 17 août 1893, qui vit des altercations entre travailleurs immigrés italiens et français dégénérer en véritable émeute, durant laquelle la foule excitée poursuivit les Italiens, armée de fourches et de pioches, provoquant un véritable massacre. Moins d’une génération plus tard, ces immigrés, de même que les portugais et les espagnols avaient réussi avec succès leur intégration. Parce qu’ils avaient conscience de ce que la France leur avait apporté, parce qu’être français représentait pour eux une fierté, parce qu’ils n’avaient pas de double nationalité, parce qu’enfin ils aimaient la France. Relater de tels faits historiques apparait presque incongru de nos jours. Preuve que de tels outils de communication finissent par toucher la masse. Ne faisons pas fausse route, la fracture d’aujourd’hui n’est pas sociale, elle est culturelle, cultuelle et idéologique. Et ce n’est certainement pas ce « film » qui apaisera les esprits…

    RépondreSupprimer